Pour cette dernière séance avant les vacances scolaires, le Conseil avait été invité par Olivier Linot, Directeur Général des Services de la Ville de Trouville sur Mer, à visiter le service Hippomobile de la Ville de Trouville, qui vient d’emménager dans de nouveaux locaux chemin du Marais à Tourgéville, devenant voisin de l’hippodrome de Clairefontaine.

Le Conseil a été accueilli sur site par Christelle BEAUVELLE, qui a fait partager aux jeunes son métier de « cocher/ripeur/palefrenier », un métier avant tout de « contact avec le cheval » qui transforme la relation avec les gens.

La visite a commencé par les écuries, qui ont permis de présenter aux Jeunes 5 percherons nommés : Twister, Octane, Ravel, Rio et Rondo, l’un des cinq étant sorti de son box pour le voir de plus près.

« Pourquoi il frise à moitié ? »

–        et nous, pourquoi nos cheveux frisent ?

« Pourquoi vous ne prenez pas des pur sang ? »

–        il faut des chevaux calmes et habitués à la Ville.

« A qui ils sont les chevaux ? »

–        Twister, Octane, Ravel, Rio appartiennent à la Ville de Trouville.

« Ça sert à quoi ? »

–        Avec les percherons, le service hippomobile assure le ramassage du verre, le ramassage de sacs jaunes et le ramassage de cartons.

Pour le verre, vous avez peut-être déjà vu l’attelage sur le quai à Trouville, qui part du Pont des Belges, longe le quai Fernand Moureaux, prend la rue des bains, fait le tour du casino en passant devant la piscine, pour remonter ensuite le quai jusqu’au pont. A ce moment-là, nous ramassons le verre chez les restaurateurs.

Mais nous passons aussi une fois par semaine dans le quartier Eugène Boudin et  à l’école Andersen, pour ramasser les sacs jaunes, ainsi qu’à l’école René Coty.

« Et à l’école Louis Delamare ? »

–        A l’école Louis Delamare, ce sont un baudet et un cheval Cob (Lasso du Jardin), logés sur le plateau, qui assurent ce ramassage. Pour monter l’Aguesseau jusqu’au quartier Eugène Boudin, il faut 5 minutes. Mais pour aller jusque sur le plateau d’Hennequeville, il faut… une heure !

« Vous êtes combien ? »

–        Le service comprend 4 agents. La journée commence à 6h avec le nettoyage des boxes, les soins des chevaux, et leur nourriture en foin et granulés, qu’ils mangent séparément à deux moments différents. Il faut aussi brosser les chevaux et mettre les harnais avant de partir en tournée. Les chevaux sont toujours attelés deux par deux.

A 7h45, c’est le premier départ pour effectuer le ramassage scolaire et revenir chemin du marais.

A 9h, c’est le second départ, avec un autre attelage, pour ramasser le verre et les cartons.

Au retour à 12h30, il faut à nouveau nourrir les chevaux, mais aussi les doucher et les brosser.

La pause ne commence qu’après.

Le lundi et le mardi, il n’y a pas d’activité l’après-midi, mais il faut quand même revenir le soir pour soigner et nourrir les chevaux.

Le mercredi après-midi, c’est le ramassage des sacs jaunes.

Le jeudi après-midi, nous emmenons les enfants de la halte-garderie à la plage de Trouville.

« Et nous, on pourra faire un tour ? »

Yves-Marie Laurelli informe le conseil que Olivier Linot propose d’organiser une promenade des Conseillers Jeunes en calèche au cours de l’été. Les Conseillers jeunes en sont ravis et voudraient en connaitre la date de suite, mais il convient que cette organisation soit vue préalablement avec le service Hippomobile. Dès qu’elle sera connue, Y-M Laurelli en informera le conseil.

Après avoir présenté et fait soupeser les harnais en cuir, la visite se poursuit avec la découverte des équipements.

La première remorque sert au ramassage du verre. Des containers en plastiques sont remis aux restaurateurs au fur et à mesure que les containers pleins sont ramassés. Cela est plus pratique que les cartons, et optimise la place dans la remorque. Une fois que la remorque est pleine, elle pèse entre 2 et 2,5 tonnes, et ne peut à ce moment-là être tractée que par 2 percherons, un seul serait insuffisant. Environ 200 tonnes de verre par an sont ainsi collectées.

La seconde remorque sert à la collecte des sacs jaunes dans les quartiers. Les remorques sont équipées de paniers à crottin pour contribuer à la propreté de la Ville. Il est à noter que la collecte porte sur environ 50 sacs jaunes par semaine dans le quartier Eugène Boudin, et sur environ 40 sacs jaunes par semaine à l’école René Coty.

Puis nous passons devant le local de stockage de la paille et du foin, avant d’arriver à la troisième remorque. Celle-ci sert pour les promenades, et peut accueillir 12 personnes adultes. Comme elle est équipée d’une rampe d’accès pour personnes handicapées, les fauteuils roulants peuvent aussi y accéder. Dans ce cas, la calèche transporte 8 personnes adultes assises et 2 personnes en fauteuil roulant.

Enfin, nous arrivons devant une dernière remorque, qui relève plus d’un usage agricole. Conçue comme porte-outils, celle-ci est dotée d’un crochet d’attelage à l’arrière, ce qui lui permet de tracter une citerne d’arrosage, des tondeuses à herbe, une herse…

« Il est où le volant ? »

Ici, pas de volant, mais un équipement sur batterie permet de disposer d’un gyrophare et de clignotants.

« Hue Dada ! »


Le commentaires sont fermés.