Etaient présents :

Leelou JOUBAULT, collège Marie Joseph ; Romain MOREL, collège Marie Joseph ; Lola PRUEDE, collège Charles Mozin

 

En cette réunion du 3 juin se tenait la première séance de la Commission Espace Urbain. Au terme de leur réflexion, les jeunes ont retenu de se rendre sur place en ville pour concrétiser leurs propositions d’amélioration.  Ce déplacement en ville a été effectué le mercredi 29 juin.

Pour une meilleure vision de l’ensemble, le compte rendu du déplacement est annexé avec les travaux précédents de la commission ; ce sont les passages en italique.

 ***

 En préambule, est rappelé en quoi constitue le mobilier urbain.

Garant du confort de l’espace public, le mobilier urbain participe au caractère agréable et humain de la ville, et à sa singularité.

Il désigne l’ensemble des objets installés dans l’espace public et liés à une fonction ou à un service offert par la collectivité :

  • le mobilier de repos (bancs),
  • les objets contribuant à la propreté de la ville (poubelles, sanisettes),
  • les équipements d’éclairage public,
  • le mobilier urbain d’information (panneaux signalétiques, plaques de rues, affichage d’informations municipales ou publicitaires…),
  • les abris destinés aux usagers des transports en commun (abribus),
  • les jardinières,
  • les poteaux sur les trottoirs

Puis, il est rappelé que, lors de la réunion du 26 janvier, les jeunes présents ont précisé qu’ils souhaitaient également parler de la pollution, ce qui amènera à s’interroger sur la circulation, les transports en commun, les possibilités liées à la zone portuaire.

Les Conseillers Jeunes amorcent leur réflexion avec la pollution.

Dans la mer, les déchets proviennent majoritairement de la terre (papiers gras envolés, bouteilles vides en plastique…) et la pollution marine nécessite de trouver des solutions à terre. Leur constat est double : il conviendrait d’ajouter des poubelles sur les quais (notamment aux abords de la Touques) et que ces dernières soient vidées plus fréquemment pour éviter les débordements.

Au-delà de l’aspect maritime des choses, il est préconisé que les poubelles déjà installées sur le quai soient rehaussées, ce qui leur permettrait une plus grande contenance et limiterait leur débordement.

Le déplacement du 29 juin a permis de constater que, sur le quai le long de la Touques, 3 poubelles sont installées.

  cmj com d cmj com e  cmj com f

Et sur les 3, une seule est visible de loin : celle qui est accrochée au lampadaire.

Or, il a été compté 14 lampadaires entre le pont des Belges et les WC publics, 14 autres lampadaires entre les WC et la Poissonnerie, 6 lampadaires entre la Poissonnerie et le parking de la mairie, soit un total de 34 lampadaires. Il est préconisé d’installer 1 poubelle sur un lampadaire sur 2. Cela apporterait 17 poubelles à disposition du public. 3 étant déjà présentes, cela nécessiterait l’installation de 14 supplémentaires, qui idéalement seraient suspendues à hauteur de main.

Sur la plage, la fréquentation touristique se traduit en été par une abondance de mégots de cigarettes dans le sable.

Par ailleurs, en dessous de la jetée Jean-Claude Brize, la marée ramène tous les déchets. Il faudrait organiser leur enlèvement régulier, car c’est sale et ça donne une mauvaise image de la ville.

Aller sur place le 29 juin a permis de constater que des poubelles gagneraient à être installées tout le long de la jetée, au niveau de chaque encoignure accueillant les bancs.

cmj com q  cmj com r

Cela a également été l’occasion de constater le creusement s’opérant sous la jetée, qui n’est pas sans poser question aux jeunes.

cmj com o

Egalement sur la plage (mais pas seulement, car le problème semble se poser un peu partout en ville), il faudrait venir à bout des déjections canines. « Sur la plage, il y a bien des sanisettes, mais le plus souvent les rouleaux sont vides et il n’y a pas de sacs dedans… »

Mais en même temps « les gens s’en fichent. » Il faudrait interdire la plage aux chiens de 10h à 18h30, et dresser des contraventions aux propriétaires qui ne ramassent pas les crottes de leurs chiens.

Lors de la visite du 29 juin, il a été constaté que les hauts parleurs rappelaient l’interdiction des chiens sur la plage. Ce ne serait donc pas un problème de réglementation, mais un problème de respect de celle-ci par les propriétaires de chiens…

Concernant la pollution liée aux véhicules, une première idée consiste à construire plus de places de parkings, pour limiter la circulation en ville. L’attention est attirée également sur le stationnement des Trouvillais, notamment l’été. Il est souhaité que des places de stationnement puissent être réservées aux seuls Trouvillais. Un marquage au sol identifierait ces places, et seuls les véhicules disposant d’un macaron spécifique pourraient s’y garer. Pour dissuader leur utilisation par d’autres, le montant des contraventions devrait être similaire à celles appliquées pour les places de personnes handicapées.

Il est rappelé que le Conseil des Jeunes avait émis antérieurement l’idée d’une journée piétonne à Trouville. L’idée consistant à réserver aux piétons une partie du quai Fernand Moureaux est renouvelée. L’action pourrait se dérouler un samedi ou un dimanche, mais ce serait mieux que les commerces soient ouverts à cette occasion.

Par exemple, la circulation automobile pourrait être à double sens sur le couloir du quai situé vers la Touques, et simultanément piétonne sur le couloir à proximité des commerces, sur la partie allant du rond-point Fernand Moureaux jusqu’à la rue Notre Dame.

Egalement, il est suggéré d’installer au moins une borne de rechargement électrique, afin d’encourager cette pratique alternative.

L’attention est attirée sur l’ancienne cabine téléphonique à proximité du Pont des Belges. « Qui l’utilise encore ? ». Elle pourrait être transformée en consigne pour casques de motards, ce qui permettrait d’organiser le parking des motos à proximité. Comme il reste une autre cabine téléphonique près de la plage, cela permettrait de leur donner une utilité et limiterait le stationnement des motos sur les trottoirs du quai.

Le déplacement sur site le mercredi 29 juin a permis de constater que les cabines ont été enlevées, aussi bien près de la plage 

cmj com i

que près du pont des Belges :

cmj com c

La question du stationnement des motos reste cependant possible à envisager. Il est proposé d’aménager un parc de stationnement pour motos à l’angle du rond point fernand moureaux et du quai Kennedy, plutôt qu’il se fasse de manière anachronique, comme cela a été constaté

 cmj com b

Ce déplacement en ville a également été l’occasion de réaliser que des parkings à vélos sont bien présents…

  cmj com k cmj com l cmj com ncmj com s

Mais pas nécessairement utilisés, même à proximité…

 cmj com t

 

L’attention est attirée sur les bancs publics « ils sont sales à cause des mouettes » et « ils sont en train de se dégrader ». « A Hennequeville, près de l’épicerie, il reste juste les montants en béton du banc, car les bois ont été enlevés. » « Il faudrait plus de bancs sur Hennequeville ». De manière générale, il est préconisé d’organiser la remise en peinture et les réparations de tous les bancs, pour ensuite faire en sorte qu’ils soient régulièrement entretenus. Une fois que cela serait réalisé, il serait plus facile de situer où il en manque pour en ajouter. « Peut-être qu’il faudrait leur prévoir un toit pour éviter les déjections des oiseaux ? »

Le déplacement en ville le 29 juin a permis de confirmer le mauvais état des bancs publics, ainsi que leur pollution environnante…

 cmj com a cmj com u

Il était alors préconisé d’ajouter des bornes de tri sélectif,  puisque « cela ne prend pas trop de place… »!

 cmj com g

c’est juste oublier la trappe qui se situe en dessous .

cmj com h

Au final, il est préconisé de mettre en place des fléchages orientant vers les points d’apport volontaire.

 

Il est suggéré d’installer des bornes de recharge pour téléphones portables, dont l’énergie viendrait de panneaux solaires, et qui pourraient par exemple être couplées avec les horodateurs. Idéalement, ces bornes seraient accessibles sur les quais et sur la plage. Une signalétique au sol pourrait les indiquer.

Concernant l’éclairage public, les jeunes considèrent qu’il y a trop de lumière, même en plein jour. Pour faire des économies, il vaudrait mieux en enlever un sur deux.

Au titre des questions diverses, les jeunes abordent les sujets suivants :

Quid de l’opération « Tous à Vélo » qui était menée avant ? Il est convenu qu’Y-M Laurelli se renseigne en mairie sur le devenir de cette opération.

Il est signalé qu’un des abris bus devant le collège Marie Joseph a été cassé. Des dégradations ont également concerné les potelets, ce qui les rend coupants et dangereux pour les piétons.

Concernant l’animation, les jeunes trouvent que les animations existantes s’adressent plus aux « petits » qu’à eux, et sont demandeurs d’actions spécifiques aux 12-16 ans. Ils souhaiteraient par exemple une rencontre entre « youtubeurs », ainsi qu’un endroit pour « boire un pot (sans alcool) rien qu’entre jeunes, un lieu rien qu’à nous. » Il est rappelé l’existence de la Maison des Jeunes mais… « C’est pas pareil ! »

La séance est levée à 19h, tous les parents étant présents pour récupérer leurs enfants.

 

 


Laisser une réponse